Atelier économie

A la question provocative « êtes-vous prêt à abandonner votre zone d'activité industrielle ou artisanale communale au profit d'une zone intercommunale ? », les réponses ont révélé une ouverture à cette approche (2 x plus de oui que de non), mais à condition qu’il y ait une vision régionale, un projet intercommunal. L’abandon pour l’abandon ne fait pas envie. A ce niveau, le PDR doit amener un avantage. Il faut aussi mettre à disposition des bonnes conditions pour les entreprises qui travaillent pour le tissu local (et non seulement dans le secondaire). Si cela amène une certaine simplification dans la mise à disposition de terrains pour les entreprises, cela peut être intéressant.

Il ne faut pas oublier la piste de la mixité (les PPA sont parfois conçus de manière trop restrictive).

La deuxième question avait trait au rôle des communes pour le développement des emplois. Là, aussi plus du double de réponses montrent que les communes ont un rôle à jouer, malgré les doutes exprimés par les avis négatifs d’une réelle capacité à influencer les tendances de centralisation. Ce rôle va du conseil et des contacts avec le milieu des entreprises à la création d’infrastructures pour les emplois tertiaires (également pour le télétravail), l’agritourisme, les petites structures et le maintien de conditions-cadres attractives (taux d’imposition, accès, etc.). Au travers du PDR, les communes peuvent affirmer leurs atouts (p.r. à l’arc lémanique ou la France). Par contre, quelques doutes sont émis quant au maintien du petit commerce. Le maintien de la diversité (mixité) est un avantage qu’il faut consolider.

Enfin, la 3e question avait trait au phénomène des villages-dortoirs. Là, les avis sont moins fournis avec une impression de n’être pas trop confronté à cette situation, car la volonté n’est pas de se développer de manière trop rapide. Un bon moyen est justement de promouvoir la mixité et de maintenir des emplois. Les situations sont très différentes selon la typologie des communes. Certaines typologies de logement impliquent des isolements ou des intégrations plus ou moins fortes.