Atelier environnement

La 1ère question abordait le thème du conflit entre développement et préservation dans les communes. Partant du constat que tout développement implique un impact sur l’environnement, la question reste de la pesée d’intérêt et de la mise en évidence de perspectives partagées de valorisation. Un exemple beaucoup discuté est celui des parcs éoliens, les autorités et la population locales y étant favorables alors que les plus fortes oppositions sont extérieures à la région. Le PDR doit affirmer une volonté claire en matière de parcs éoliens, concentrés et placés au bon endroit.

La vision des améliorations foncières (AF) doit encore évoluer, la prise en compte écologique et paysagère étant encore insuffisante. Il faut également éviter la disparition des éléments traditionnels (vergers, p.ex.) et l’invasion de plantes non indigènes (thuyas p.ex.).

La deuxième question demandait comment valoriser et préserver les ressources naturelles.  Une des pistes est le développement du tourisme rural et le tourisme original avec des produits de niche. La filière bois doit être valorisée, en particulier le bois de construction : les communes peuvent adopter une attitude volontariste. Mais la filière énergie (bois, éolien, solaire) est la piste principale pour valoriser les ressources naturelles. Le PDR doit affirmer cette volonté sans aller au-delà toutefois des intentions cantonales. Le PDR doit servir à valoriser, appuyer, coordonner, mais ne pas constituer une « couche » de plus.

Enfin, il faut mieux concilier les besoins des agriculteurs (sol et terrains comme outils de travail) et ceux de la qualité paysagère et écologique.

Les agriculteurs doivent être encore plus responsables face à la protection des sources et à la qualité de l’eau.

Enfin, la 3e question demandait s’il existait des enjeux touristiques importants à ne pas rater. Le PDR doit aider à lever les obstacles pour le développement d’un tourisme rural de qualité et développer une vision touristique régionale au niveau rural misant sur l’originalité et la dimension humaine. Il faut faire passer le message que même les petites structures ont leur importance. Il faut veiller à une bonne coordination avec les autres zones touristiques, Parc Jurassien Vaudois, Vallée de Joux, 3-Lacs, etc. et mieux valoriser les sites emblématiques.

Dans le développement du tourisme, la coordination avec les transports publics est à améliorer, en particulier dans le secteur de la navigation lacustre.

L’hébergement doit être développé en incluant toutes les possibilités.

Enfin, des solutions doivent être trouvées pour désamorcer des conflits entre différents usages de loisirs et touristiques (randonneurs et VTT p.ex.) et éviter la dégradation rapide des chemins.